FIAC 2013 : petit (dé)tour

| 2 Commentaires

fenêtre dans le mur du stand de la galerie Gagosian

Faisons une petite entorse à notre ligne éditoriale : parlons un peu de la FIAC, ce qui somme toute, pour les amateurs d’objets qui méritent le détour, n’est pas si incongru.
Il ne s’agit pas ici de rendre un énième hommage au magnifique dynamisme du marché de l’Art contemporain qui fait maintenant partie comme le sac Vuitton de la panoplie du nouveau riche ou du riche tout court.
La tendance formelle du contemporain est au grand, au lisse, au minutieux, au « bien fait » qui vous dit que ça vaut le coup de payer cher. En somme peu de différence avec ce qui prévaut dans les arts décoratifs et le design « à fonction » qui doit pouvoir encaisser longtemps son usage.
Je ne paraphraserai pas l’amusant article de Libération qui situe en quelques mots l’affaire et les affaires de la FIAC.
Non, je me contenterai de partager quelques coups d’œil qui m’ont séduite ou amusée. Pour nous qui aimons capter l’air de temps révolus, faisons donc une petite plongée dans celui d’aujourd’hui, après tout c’est l’ancien de demain.

Pour une poignée de trucs morts

Scarabées, moules, papillons, belettes : la bestiole morte est mise à contribution comme une matière première intrigante selon l’opération suivante : hommage à la beauté de la nature + dimension fantastique + valeur ajoutée macabre.

Oeuvre de Jan Fabre

De l’utilisation du scarabée dans le travail de Jan Fabre comme cela s’est fait en bijouterie.



monochrome de moules

vrai-faux monochrome à partir de coquilles de moules




reflection dans un Damien Hirst

Si les papillons avaient su, ils auraient vendu chèrement leur peau (ou leurs ailes)à Damien Hirst




belettes chez tinguely

La présence de ces belettes un peu écrasées sur cette sculpture en mouvement de Tinguely ajoute une couche d’absurdité



Et pour quelques trucs de plus

Là on ne tue personne, on se donne du mal, on colle, on construit pour faire surgir la forme et le sens de l’accumulation de choses identiques sorties de leur contexte habituel.

Vendetta de Frances goodman

Frances Goodman a patiemment assemblé des faux ongles pour créer cet inquiétant essaim




Sculpture de Tony Cragg

En regardant de près, des milliers de dés recouvrent cette sculpture à la forme organique de Tony Cragg




Les droits de l'hommre de Taysir Batniji

En gravant un passage des droits de l’homme sur des savons d’Alep, l’artiste dénonce la situation en Syrie



Il faut bien que ça serve à quelque chose !

Bonne nouvelle, il est possible d’acheter de l’art contemporain qui sert en plus dans la maison. Avec des moyens, on peut :

  • Marcher sur un Carl André


  • Sculpture de Carl André

    On peut marcher, c’est du minimalisme solide

  • Recycler sa voiture de sport


  • Dino de Bertrand Lavier-1993

    Un des rares exemples de vieille Ferrari qui a pris de la valeur malgré son passage à la casse et grâce à Bertrand Lavier.



  • S’éclairer au prix de l’art


  •  dans une galerie mexicaine

    Vues au 1er étage




    sculpture de Jean Tinguely

    Cette superbe et ludique sculpture de Tinguely peut aussi vous éclairer

  • Boire, manger, travailler sur son œuvre d’art



installation meuble-bar

Vue sans nom de cette installation qui a tout du meuble de salon




table à tout faire

Cette immense table est à la fois une sculpture qui occupe tout un stand, le bureau des galeristes et même le vestiaire




Andrea Branzi voliera

Installation du designer Andrea Branzi incluant une volière, une étagère, un superbe vase et la participation amicale d’une bande de canaris


Et pour en savoir un peu plus sur les travaux de Jan Fabre et son utilisation extraordinaire et compulsive des scarabées, le site de l’artiste.

2 Commentaires

  1. Merci, j’adore ton œil avisé, ben voilà sans y être allée j’en ai un aperçu.
    Mon préféré : Tony Gragg, pour les dés, le collage, la forme libre

  2. Oui super sélection Vintage-fantasia!
    Mention spéciale au monochrome conchylicole :)

Laisser un commentaire

Champs Requis *.